France-Bénévolat Dunkerque

Accueillir Informer Orienter

Accueil > Notre actualité > LA UNE DE FBDK, FEVRIER 2007

LA UNE DE FBDK, FEVRIER 2007

mercredi 31 janvier 2007

Carnaval.

Février, les dunkerquois deviennent fébriles. Non pour cause de grippe après la baignade traditionnelle du 1er janvier, mais parce que nous entrons de plain-pied dans la période du carnaval !

C’est le grand moment de la convivialité et de la solidarité. Ainsi, toutes les associations carnavalesques, aussi appelées associations philanthropiques, sont sur la brèche pour organiser les Bals dont les bénéfices retourneront vers les œuvres caritatives essentiellement. Voilà une belle tradition très représentative de notre mentalité.

Bassin du Commerce
Une association qui sait bien faire rimer solidarité et proximité est l’antenne dunkerquoise du Secours Populaire Français. Nous en parlerons plus longuement très prochainement car ... elle le vaut bien !
Toutefois cette grande association caritative et laïque, souffre du manque d’un bénévole très recherché dans le monde associatif : un comptable ! !
Pas un expert de haut vol ni un virtuose du plan comptable, non, simplement quelqu’un qui pourrait passer une heure, deux à trois fois par semaine pour contrôler si les saisies sont bien faites dans l’application informatique du réseau. Pas de fiche de paye, rien que du basique, juste de la bonne volonté et une envie de s’investir dans le monde de la solidarité et ôter ainsi une sacrée épine du pied de l’équipe rosendalienne .!
C’est notre challenge du mois mais c’est vous seuls qui pouvez le relever ! !

Dans un souci de totale transparence, nous avons décidé de mettre en ligne le compte-rendu de notre Assemblée Générale 2006. En effet, rappelons le : nous ne somme pas une société de service mais une association et le plus gros de notre activité se passe lors de nos permanences, avec des entretiens personnalisés effectués avec compétence et un bon sens de l’accueil. A bientôt ?!

Pour terminer, une affectueuse et admirative pensée pour l’Abbé Pierre, pour l’homme surtout, pour ses colères mémorables et ses indignations à partager, encore et encore.